Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 20:58

Si il est vrai que Alassane Dramane Ouattara a défait Ggagbo Koudou Laurent alors président de la république de côte d'ivoire, reconnu et investi par la cours constitutionnelle ivoirienne, la plus haute instance de ce pays, il n'en demeure pas moins vrai qu'il ne peut exercer les fonctions de président de la République dans ce pays, faute de légitimité, sauf si la seule légitimité de "la communauté internationale" suffit pour cela. Constitutionnellement, nous sommes dans une impasse en Côte d'ivoire. Deux solutions s'offrent donc à Alassane Ouattara:

Alassane Ouattara

Première solution.

Ouattara devrait faire fi de la  cours constitutionnelle et s'installer dans le palais présidentiel comme il le prévoit les jours à venir.

Seulement, si Ouattara passe outre la cours constitutionnelle, il est en droit d'être considéré comme putschiste et l'union africaine ne devrait pas le reconnaître car il est stipulé dans la charte de ce machin de zozos qu'elle ne reconnaît pas les chefs d'état arrivés au pouvoir par les armes. En plus il sera clair que "la communauté internationale" a fait un putsch en Côte d'ivoire et a installé son élément dans un but que les africains perçoivent de plus en plus comme un besoin de recolonisation de l'Afrique en vue de piller ses richesses.

 

Deuxième solution

Ouattara devrait démettre de ses fonctions le président de la cours constitutionnelle considéré comme un proche de Gbagbo et qui refuse toujours de reconnaître Ouattara comme chef d'Etat, d'autant plus qu'il a lui même investi Laurent Gbagbo. Seulement, il ne peut démettre un président de la cours constitutionnelle alors qu'il n'exerce pas les fonctions de président de la république.  Alors si Ouattara est un démocrate comme il le prétend et tel que le martèle ceux qui l'ont armé et aidé à combattre l'armée régulière ivoirienne, il est clair qu'il se trouve dans une impasse. 

Nous venons d'apprendre que le président de l'assemblée nationale ivoirienne vient de constater la vacance du pouvoir en Côte d'ivoire, ce qui, de fait, lui donne (président de l'assemblée nationale) le pouvoir et le droit de gérer les affaires courantes avant l'organisation de nouvelles élections dans un délai de 90 jours si nous ne nous trompons pas. Alors exit les joies des vainqueurs, les larmes des vaincus, la tentative d'épuration qui a commencé par l'ignoble et abject assassinat de Désiré Tagro, la déportation de Laurent Gbagbo à KOROGHO comme trophée de guerre, les massacres en tout genre, les machinations de carnage et de découverte des charniers imputées à Laurent Gbagbo, les souffrances et maltraitantes diverses infligées aux ivoiriens, place à la démocratie. Que ceux qui ont établi l'unité de mesure, le pedigree de la démocratie et qui ont aidé Ouattara à massacrer ses propres frères lui demandent d'appliquer les règles les plus élémentaires de la démocratie.

Faute de quoi, il serait incongrüe de leur part d'évoquer de nouveau ce mot pour qualifier tel ou tel régime quelq'en soit le lieu dans ce monde. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien lea marla
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • : Espace d'échange et de partage de nouvelles, d'idées, d'expériences et d'informations.
  • Contact

Recherche

Liens