Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 23:56

Je me permes de vous faire lire ce livre d’un auteur camerounais : Ebale Amougou qui aurait passé plusieurs années dans l’entourage de Paul Biya et qui a décidé de nous livrer les méandres et les faits divers. Il sera publié pour ce qui concerne le volet que je partagerai avec vous en cinq parties dont voici la première.

A vous de juger.

D’un auteur : Ebale Amougou. (Part 1)

CEUX QUI AURONT PRIS LA PEINE DE LIRE COMPRENDRONT POURQUOI LES CAMEROUNAIS SOUFFRENT ET QUI EST VÉRITABLEMENT PAUL BIYA. 


LE VRAI VISAGE DE PAUL BIYA, LA MORT DE JEANNE IRENE, LE PACTE AVEC AHIDJO, LA raison de sa haine avec le cardinal Tsumi, ....


Le mot de l'Auteur
 EBALE ANGOUNOU Daniel St Yves LE DUR COPAIN DE POPOUL


Email : obosocameroun@yahoo.fr


En publiant "Sang pour Sang", il va de soi que je suis sur le chemin de l'Exil, Devrais-je en pleurer ou m'en réjouir ?

L'exil, de nombreux Camerounais y ont goûté avant moi. Déjà avec la première République. Certains n'en sont jamais revenus. Par option ou par contrainte. D'autres, plus heureux, ont pu effectuer un retour au bercail. Je pense plus particulièrement à mon frère Abel Eyinga. Le Président Ahidjo de par ses méthodes totalitaires et extrémistes, avait amené bon nombre de Camerounais à quitter leur pays pour des raisons de sécurité, parce qu'ils sentaient leur vie menacée.
Avec l'arrivée de Paul Biya, un homme d'une toute autre culture, on a attendu de grands changements. D'ailleurs de nombreux exilés sont rentrés au pays en ayant fait foi au discours du Président. Mais la deuxième ne va se distinguer absolument de la première. Je pense ici au Père Jean-Marc Ela, figure emblématique de l'idéologie au Cameroun, réduit aujourd'hui à l'exil. La fuite des intellectuels constitue une hémorragie telle que le pays se vide de plus en plus de ses valeurs.
Mais il n'est guère plaisant de partir. Même lorsque cela semble être une nécessité vitale, il y a toujours au fond de nous quelque chose qui nous pousse à rester, qui nous force à revenir ; quelqu'un, un souvenir, un sentiment etc. Seulement, par instinct de survie on se doit de partir, comme dans mon cas.
Mon nom est Ebale Angounou. Je suis Camerounais âgé de 39 ans
au 27 mai 2001.
Je refuse d'être traité d'opposant au régime de Paul Biya car, je n'en suis pas un. Je m'oppose plutôt aux pratiques auxquelles il se livre pour se maintenir au pouvoir. C'est d'elles qu'il est ici question ; je les exprime sans passion, en veillant à dissocier la narration de mes états d'âme et de mes sentiments personnels. Dans les rangs de l'opposition, je compte de nombreux amis dont je suis fier, de même que j'en compte dans le cercle des amis intimes de Paul Biya dont je fus un membre.
Considéré comme un défecteur en 1991, j'ai été emprisonné dans le pénitencier de Kondengui à Yaoundé sous de fallacieuses accusations qui m'ont valu d'être condamné à trente mois de prison. Je garde encore des séquelles de cette affreuse détention exceptionnelle. C'est en étant dans ces conditions que j'ai publié mon tout premier ouvrage " Paul Biya, le cauchemar de ma vie", édité par Le Messager de Pius Njawé en octobre 1992. Bien entendu, la vente et la circulation du livre furent interdites au pays. Il ne put passer alors que sous le manteau. A plus que Pilate, qui n'était que Gouverneur, il y a Paul Biya, qui est chef
d'Etat, donc doté de plus grands pouvoirs qu'un Gouverneur, fût-il Ponce
Pilate. Qui donc me condamnera de prendre la vie de qui je veux, ou de
donner la vie à qui je veux ? Pas Jésus-Christ en tout cas, et encore moins
Dieu. (Paul Biya, extrait d'une correspondance particulière)

Le mot de l'Auteur 
Chapitre I : Le Pacte 
Chapitre II : La Discorde 
Chapitre III : Le Putsch 
Chapitre IV : Les Métamorphes 
Chapitre V : Palais hanté 
Chapitre Vi : Les homosexuels 
Chapitre VII : Zoophile 
Chapitre VIII : Jeanne-Irène et Paul 
Chapitre IX : Le Sanctuaire 
Chapitre X : Messe à Mvolyé 
Chapitre XI : Le Baiser de Judas 
Chapitre XII : Sorciers en puissance 
Chapitre XIII : Sanglantes Perspectives 
Chapitre XIV : La Leçon du Maître 
Chapitre XV : Appendice


MOT DE L'AUTEUR
Je suis par ailleurs auteur et éditeur de plusieurs autres ouvrages. Le plus remarquable d'entre tous s'intitule "Sidéania", roman paru au Cameroun en octobre 2000. Une histoire d'amour bâtie autour du Sida. Je compte publier bientôt, "Les Cloches Folles" et "Brume", deux romans.
J'ai également fait de la littérature politique qui ne m'a pas du tout avancé. Dans mon pays, je suis la cible des dirigeants, qui n'ont de cesse à me tenir à l'oeil, attendant le moindre faux pas de ma part, pour avoir l'occasion de me renvoyer à "Yuma". Tout est parti de cette interview par moi accordée au journal "Le Messager" en juin 1991, alors même que j'étais devenu l'un des personnages les plus médiatisés du pays. J'avais alors menacé d'étaler tous les "petits secrets" du Président de la République, par une déclaration plutôt innocente, mais lourde de conséquences : "si j'ouvre la bouche, le chef de l'Etat va démissionner».
C'est ici que j'ouvre la bouche. Je n'attends pas de lui une démission mais je présume déjà de ses réactions. C’est pourquoi j'ai dû auparavant prendre le large. Depuis que je suis présenté comme un danger pour lui, je suis attentif à tout ce qui se passe autour de ma présence en certains milieux, mon nom créant très souvent des susceptibilités s parfois difficiles à gérer, dans un pays où toutes les institutions sont à la solde d'un parrain qui ne dit pas son nom. A quoi peut donc s'attendre un citoyen qui a eu maillé à partir avec le chef de l'Etat ?
Si je suis encore vivant dans mon pays après tout ce que l'on m'a fait subir, c'est bien par la grâce de Dieu. Certes, je m'étais juré de ne plus me jeter dans un genre de littérature. Mais je n'ai pu tenir parole. Je ne m'en plains pas, parce que j'estime qu'il a fallu le faire. On ne saurait être complice de ce genre d'homme, de ce genre de pratiques, en gardant le silence. Il est certain que ce livre sera interdit au Cameroun, et que bien de personnes subiront les assauts farouches de la sécurité du Président.

Amies lectrices,
Amis lecteurs,
Libre à chacun de se faire une opinion après lecture de cet ouvrage. Cela n’a change rien à mon sort, car même dans mon exil, je vais devoir m'attendre à tout. J'ai connu Jeanne-Irène, cette femme que je vénérais presque. J'ai aussi connu Roger Motaze, ce brillant officier. Tous nous avons été victimes de Paul Biya, à la différence que moi je suis encore vivant. Pour témoigner et rendre hommage à leur mémoire.
A mes enfants, à mes parents, frères et sœurs, à mes amis et à tous ceux qui ne comprendront pas les raisons de cet acte suicidaire, J'exprime ma profonde sympathie.
Ebale Angounou

 

A suivre....

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien lea marla
commenter cet article

commentaires

Tokomo 16/12/2010 12:05


cet ouvrage est un tissu malhabile de mensonges grotesques et diffamatoires, une forme de chantage dans le but de nuire et de divertir.


Crescy 07/12/2010 08:55


je voulais dire, pensez vous que ce que Biya a pu faire est pire que ce qu'a pu faire Mobutu par exemple? Ce genre de pratiques en Afrique n'étonnent plus personne malheureusement...


Aurelien lea marla 07/12/2010 12:01



Oui ces pratiques n’étonnent plus personne, toutefois, il convient de les dénoncer avec vigueur car elles ne servent pas ni l'Afrique, ni le Cameroun.



Crescy 07/12/2010 08:49


J'ai déjà eu à lire son livre, c'est incroyable et atroce ce qu'il raconte, d'ailleurs je n'ai pas eu la force de finir de le lire. Mais bon, on sait tres bien comment se passe les histoires de
pouvoir en Afrique, entre sang, sorcellerie et pratiques immorales. Ce que Biya a pu faire si c'est effectivement vrai, ce qui est dit, est seulement ce que la plupart de nos dictateurs africains
faisaient apres les indépendances pour s'arracher et garder le pouvoir, souvenez vous juste de Mobutu roi du Zaire, pensez vous que c'était pire?


Aurelien lea marla 07/12/2010 12:00



C'est pourquoi, nous militons pour une moralisation de la politique. Elle ne doit plus seulement être vue comme un viviers à gens espiègles et prêt à tout pour rester ou arriver au pouvoir. Ce
livre si seulement tout ce que raconte son auteur est vrai, est un pavé dans la marre et nous interpelle tous sur ce que nous voulons devenir ou faire dans l'avenir.



Présentation

  • : Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • : Espace d'échange et de partage de nouvelles, d'idées, d'expériences et d'informations.
  • Contact

Recherche

Liens