Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 17:39

arton13722-f45dbSurfant sur la vague de protestation contre les régimes fossiliens et dictatoriaux du maghreb, certaines populations multiplient des appels à manifestation dans les pays du golfe de Guinée. Gabon, Cameroun ou encore Congo Populaire sont ainsi sur les charbons ardents depuis que des activistes, à travers facebook essayent de destabiliser les pouvoirs en place.

Ce jour, une manifestation a été violemment réprimée par les éléments de la police anti-émeute, aidée par les éléments du bataillon d'intervention rapide présent à Douala depuis les évènements de triste mémoire de février 2008. Cette manifestation avait été organisée en prémices à ce que Mboua Massock a appelé le système "Biya doit tomber". Plusieurs arrestations ont été opérées et dont celle de Serge Espoir Matomba désigné comme l'un des leaders de la manifestation d'aujourd'hui qui partait de Bonakouamouang à Bonanjo, cité administrative de Douala.

Le commandant Mboua Massock célèbre au Cameroun pour son opposition farouche à la dictature du président Biya au pouvoir depuis 29 ans et notamment connu comme étant "le père des villes mortes" appelle désormais les Camerounais à descendre dans les rues le mercredi 23 février à partir de 5H 4O minutes pour manifester et renverser le régime de Paul Biya. plusieurs initiatives ont d'ailleurs été prises pour soutenir cette initiative de Mboua Massock. Lui a même à distribué les tracts à Douala, la capitale économique du Cameroun connue pour être le bastion de l'opposition camerounaise. Cet acte de bravoure pour un camerounais lui a d'ailleurs vallu quelques heures de garde à vue dans les geôles de la gendarmerie du Camp Yabassi. 

S'il est vrai que Mboua Massock n'est pas à sa première tentative et qu'il a d'ailleurs parcouru une distance de 3000 km à pieds à travers le Cameroun pour dénoncer les abus du régime corrompu de Paul Biya, son initiative semble cette fois-ci prise au sérieux par les autorités en place, raison pour laquelle elles ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de ne pas laisser une minute à un quelconque rassemblement. Douala est d'ailleurs couverte treillis et plusieurs patrouilles sont organisées pour traquer les éventuels manifestants.

Après plusieurs appels sur facebook par le groupe "ENOUGH! BIYA MUST GO" la mobilisation semble prendre de l'ampleur. La question maintenant est de savoir si les camerounais sortiront de leur torpeur habituelle, de leur extraordinaire passivité qui a permis à Biya de s'enrichir au détriment de la population depuis 29 ans et de commencer depuis peu la braderie du Cameroun aux chinois, enlevant par là même aux camerounais le droit de vivre sur leur propre sol. Si les camerounais descendront massivement dans les rue mercredi prochain pour crier leur raz-le bol et débarrasser le Cameroun de Biya et sa bande de kleptocrates. Une chose est certaine, les mots que pronoçait Lapiro de Banga du fond de sa cellule " 2011 c'est demain" résonnent plus que jamais dans les oreilles des camerounais.

Il certainement grand temps que le Cameroun se débarrasse de cette gangrène qui pousse ses enfants à s'exiler au péril de propre honneur, de leur éthique, de leurs valeur et même de leur vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien lea marla
commenter cet article

commentaires

etia 28/02/2011 12:23


le president biya dois partir cela est tout a fais normale pour assurer la transumence et pour prouver le carractere democratique de notre republique.mais faisons tres attentions aux manipulations
occidentale.qui essaient toujours de positionner ce qui defendent leurs interets en afrique


Maxime Ebogdiam 22/02/2011 08:34


A l'heure ou les difficultés par rapport à l'emploi sont de plus en grande dans notre pays,à l'heure ou le favorisisme bât son plein ici au cameroun, il est temps que les choses changent car les
jeunes souffrent enormement de cette situation. Ils sont obligé de se verser dans n'importe quelle pratique pour pouvoir reussir. Il est temps que les choses changent.


Aurelien lea marla 22/02/2011 10:08



Une chose est certaine, il nous revient, à nous les jeunes de décider de l'orientation que nous souhaitons donner à notre vie. Cette situation dure depuis 29 ans et nous entendons les mêmes
promesses. Mais la réalités est toute autre, plus de chomage, plus de misère, plus de desespoir et par conséquent plus de malheur. Cette situation n'est pas une fatalité, si nous nous mettons en
ordre de marche, il est temps de mettre fin à cette oppression.



Présentation

  • : Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • Le blog de aurelienlea.over-blog.com
  • : Espace d'échange et de partage de nouvelles, d'idées, d'expériences et d'informations.
  • Contact

Recherche

Liens